les 4 saisons de l'audomarois : - Autrement vu et dit !

Bénédiction des cloches Domitille, Jeanne et Omer

Dimanche 26 Février, a eu lieu à la Cathédrale de Saint-Omer la bénédiction de deux des cloches qui avaient été descendues pour permettre la consolidation de la tour qui les abrite, plus une petite nouvelle ! Ce sont donc Omer, la plus ancienne, Jeanne qui était restée sans nom, et la toute jeune Domitille qui ont eu la vedette. Ces photos prises par Jean Capelain vous en rendent compte.

 

Franck Buckman

On a tous rêvé de voyages et d’aventure avec Jean-Paul Belmondo dans le film « L’Homme de Rio » et avec Yves Régnier dans la série télévisée « Les Globe-Trotters »…

A Saint-Omer, nous avons rencontré un homme de cette trempe à la fois baroudeur et routard, un esprit solitaire épris de formules bon marché pour parcourir le monde. Il s’agit de Franck Buckman. Cet audomarois pur jus et d’une grande simplicité, âgé de 44 ans, est ingénieur en biologie. Sa passion pour l’environnement le conduit à conseiller les industriels, les collectivités, les associations, etc, sans aucun regard financier sur son engagement. Il fait partie des Hommes sages de notre temps.

Tout juste rentré d’un périple de 10 mois et de 21 000 km à parcourir l’Eurasie (voir notre galerie), notre ami part cette semaine pour l’Amérique du Sud.  Il souhaite ainsi retrouver le plaisir de la liberté tout en partageant ses convictions écologiques et biologiques au travers de rencontres avec les populations. Il veut faire de sa vie un don de soi ! Le départ de Franck est prévu ce lundi 13 février. Au Havre, il embarquera sur un porte-containers pour arriver en Colombie début mars.

Dans cette démarche personnelle, à la fois reconversion professionnelle, Franck Buckman veut ouvrir un dialogue urgent sur le respect de l’Environnement, de l’argent mal investi et du gaspillage sous toutes ses formes : introduire chez chacun la notion de responsabilité indissociable de la notion de conscience. « Il a du pain sur la planche, notre Franck ! »

Lire la suite

Jean-Louis Bonne. Il ne paie pas de mine mais c’est un sacré bonhomme. Nous avions eu l’occasion de vous le présenter récemment.

Après de solides études universitaires et d’une conviction personnelle pour la sauvegarde de notre planète, notre audomarois de 28 ans est aujourd’hui Docteur en Physique de l’Environnement. Il aime la nature et bien évidemment notre site les 4 Saisons de l’Audomarois. Il s’intéresse particulièrement à l’évolution du climat sur notre planète : et il a bien raison quand on voit comment nous l’avons détériorée en seulement 50 ans !
Jean-Louis est basé en Allemagne du Nord, à Bremerhaven, où il travaille pour l’Alfred Wegener Institute. Sa mission et son engagement l’amènent à se rendre régulièrement dans une base scientifique russe, située sur une des 1500 îles de l’immense delta de la Lena, en Iakoutie, au Nord du cercle polaire

Yakoutsk

Yakoutsk, Les maisons traditionnelles en bois bâties sur le permafrost.

« Pour cette fin d’été, nous ne sommes qu’un petit groupe de deux personnes venant d’Allemagne, Lutz, un étudiant de l’université de Hambourg et moi, en partance pour la station de l’île de Samoylov. On doit rester une bonne partie du mois de septembre sur cette petite île au milieu du delta du fleuve Lena, qui se jette dans l’Océan Arctique au nord de la Sibérie, à 700 km au nord du cercle polaire »

L’Hôtel de Ville de Saint-Omer aussi appelé le Moulin à Café se découvre à nouveau montrant sa nouvelle parure.Montée du clocheton

 Mardi dernier, le monument datant de 1834 et qui habite un magnifique théâtre à l’Italienne en cours de restauration, a retrouvé son clocheton. La réfection de la lanterne à quatre faces a été réalisée grâce au mécénat.

Les audomarois pourront bientôt y retrouver l’heure et les sonneries des cloches également restaurées.Avec la réouverture du théâtre en septembre 2018, notre Moulin à Café deviendra un lieu de culture remarquable. 

Faire un Don

manegeLa médiathèque municipale d’Arques vous propose de voyager en enfance à travers une exposition d’illustrations pour la jeunesse autour de trois thèmes : la maison, les animaux et la fête foraine.

Une sélection a été réalisée par l’association « La maison est en carton » qui propose l’impression à la demande et vente de reproduction d’illustrations pour la jeunesse (lamaisonestencarton.com). L’exposition « La fête foraine » est composée de paravents de Claire Franek alors que les deux autres thèmes se présentent sous forme de cadres et regroupent divers illustrateurs (expo collective).

Cette exposition qui plaira autant aux enfants qu’aux grands met en exergue le travail préparatoire des albums avant de devenir un livre et démontre que les illustrateurs pour la jeunesse sont de véritables artistes. Suite à cette exposition, la médiathèque mettra au mois de février un coup de projecteur sur une illustratrice jeunesse, Magali Dulain.

Cette exposition sera visible jusqu’ au 4 février aux horaires d’ouverture de la médiathèque, 23 avenue Léon-Blum à Arques www.bm-arques.fr / Tél : 03.21.11.17.80

Le carillon de Notre-Dame de Saint-Omer

Richesse du patrimoine audomarois,  le beffroi de la cathédrale de Saint-Omer portera bientôt et bien haut sa belle voix. Après des années de silence et de travaux de réfection sur le campanile, les cloches d’origine vont retrouver leur place au printemps. Une nouvelle cloche offerte par les Amis de la Cathédrale viendra compléter l’ensemble. Cette cloche sera fondue mercredi prochain dans un atelier spécialisé près de Eindhoven, aux Pays-Bas. Pour marquer l’évènement, une délégation locale se rendra sur place en compagnie de l’abbé Fabien Lenglet qui procèdera à sa bénédiction. La cloche d’un poids de 452 kg portera le nom de Domitille et produira une note en La3. Elle arrivera à Saint-Omer en février.

En résumé, la chambre des cloches de Notre-Dame comptera six cloches :

  • Johanam : 280 kg, fondue en 1933
  • La cloche de le Retraite : 520 kg. Elle date de 1686,  frappée des armes du Chapitre et classée aux Monuments Historiques.
  • Marie 2 : 1100 kg et fondue en 1852.
  • Marie : 2800 kg, fondue en 1831.
  • Julienne ou la cloche de la Victoire datée de 1474 et refondue en 1920.
  • Enfin, la petite sœur attendue avec impatience.

L’évêque du diocèse d’Arras inaugurera la cérémonie au cours de la messe de Pâques 2017.

Et le carillon ? Il est actuellement suspendu à la toiture durant les travaux. Sa restauration n’est toujours pas programmée. Il est constitué de 13 cloches. La plus lourde pèsent 225 kg et la plus petite 30 kg. Ce carillon de 1963 a été financé par les Antiquaires de la Morinie et la Confrérie Notre-Dame. A l’origine en 1544, le carillon était relié à l’horloge astrolabe en qualité d’instrument de liturgie et se trouvait à la croisée des transepts. Il subit les dégâts de la foudre qui s’abattit sur la flèche en 1606.

Article précédent