- les 4 saisons de l'audomarois


Le label « ville en poésie » fut créé en 2011 par le Centre National de Ressources pour la Poésie. Il est attribué aux communes qui donnent à la poésie une place prépondérante dans la vie culturelle. Son but est de faire sortir la poésie du cercle limité des initiés et des connaisseurs afin qu’elle devienne à terme un service public. Arques est l’une de ces villes – il y en a 4 dans le Pas de Calais – et le lieu principal d’expression de la poésie est sa Médiathèque ou nous retournons maintenant.

Fam-devienne

« Pur produit du terroir audomarois, la carotte de Tilques ne pousse qu’à Tilques » prétendent nos anciens. Pas si sûr… certaines ambitions pourraient avoir l’idée de la produire ou la commercialiser au-delà de son bassin d’exploitation. C’est la raison pour laquelle un groupe de producteurs locaux a décidé de la protéger en créant une association pour que ce joyau culinaire reste bien un produit de chez nous et contrôlé. L’hebdomadaire local L’Indépendant développe un article complet sur ce projet des producteurs de la carotte de Tilques. Il y a un an, nous avions eu l’occasion de présenter la carotte de chez nous au travers d’une enquête menée auprès de Réginald Devienne, l’un des vice-présidents de cette nouvelle association. A redécouvrir !

Festival du cerf-volant de Berck sur Mer

Baleine géante, ourson en bikini, tigre bleu en claquettes… Jusqu’à dimanche, le championnat du monde de cerfs-volants bat son plein à Berck-sur-Mer. Un émerveillement pour les enfants et une source d’inspiration pour les adultes depuis plus de 30 ans.

Avec son âme d’enfant, notre photographe Michel Bonne s’est rendu à Berck cette semaine. De retour de la Côte d’Opale, Michel s’est promis d’affiner son travail de prises de vues photographiques au cerf-volant pour nous faire découvrir l’Audomarois d’en haut. « Pourquoi ne pas imaginer une animation du genre içi » nous a-t-il confié.  En attendant, vous pouvez découvrir ses photos sur cette page animée.

Le spectacle berckois se termine ce dimanche : l’occasion d’une sortie en famille puisque le soleil nous a promis d’être de la partie.

Promenade le long du canal de Saint-Omer

Canal de Neuffossé

Il a écrit plus de 40 000 poèmes, répartis dans 140 recueils, 70 grimoires et 130 cahiers poétiques. Il a également été publié dans une trentaine de revues de poésie. En particulier « L’escarcelle », la revue de la Maison de la Poésie du Nord-Pas de Calais dont François est membre depuis 7 ans. Il est aussi délégué et chevalier du Bleuet International et anime depuis 2 ans un club de poètes à Saint-Omer. Il organise également depuis 2011 des événements dans le cadre du Printemps des Poètes. Il est Ambassadeur de la poésie du Pays de Saint-Omer. Enfin François a été récompensé par une cinquantaine de prix et mérites littéraires et artistiques…
Son projet actuel est de faire paraître plus de poèmes dans des revues afin de sensibiliser d’avantage d’amateurs.

 

François Goblet

Poète François Goblet

Promenade au long du canal
Lamartine et Hugo en tête
tu essaimais les vents
de sorte de mieux te perdre
en l’œil de ces poèmes
qui toujours te guettent
à l’orée de l’automne
quand la fumée se fait plus haute
des voix d’invisibles désirs
te dictaient le chemin
vers ces autres églises
où règnent les silences
entre lignes de fuite
et nouvelles ardeurs
en l’absence de ces matins
toujours te hélant
de leurs pleines promesses
et fruits fabuleux
avant de gouter aux jours gris
où se répandent tes cendres
de vouloir et de rêver
reviennent les crépuscules
te bénir de leur eaux …

François Goblet

 

Moulin de Lugy

     Par leur originalité, leur histoire ou leur caractère, de nombreuses maisons contribuent à la richesse patrimoniale de notre région. Elles constituent un témoignage précieux sur leur époque. Laissez-vous guider par ceux qui les connaissent le mieux, occupants, défenseurs, amoureux ou, parfois, les trois à la fois !

Le Moulin hydraulique de Lugy

     Première étape de la visite des Maisons Extraordinaires de la région, ce moulin situé sur la rivière Traxène aux abords de Fruges a un cours d’eau long de 4.6 km et date du 12e siècle. Il appartient depuis décembre 2002 à Betty et Bernard Delrue. Après avoir moulu des grains pour produire des farines jusqu’en 1960, ce moulin a vu sa vocation évoluer.
     En effet, à la fin de la Cot 21, nous devons tous réfléchir à notre comportement de consommateur d’énergies non renouvelables; découvrons qu’un moulin à eau peut devenir un micro- fournisseur d’énergie propre et performant.


Marais AudomaroisPays d’eau et d’une riche histoire, l’audomarois est traversé par un canal à grand gabarit – le canal de Neuffossé – construit au XVIIIe siècle par Vauban.  Long de 18 km entre la Lys et l’Aa, la voie de transport bénéficiera, en 1882, de la standardisation des voies navigables décidée par Louis Becquey, directeur des Ponts et Chaussée et des Mines, puis en 1887 des nouvelles normes décidées par Charles de Freycinet, ministre des Travaux Publics. Le canal offrira des normes de navigation à dimension internationale dès 1967.

Quai du HautPont

Le quartier du Haut-Pont, situé à la sortie de la Ville sur l’ancienne route de Dunkerque, est sans doute avec le quartier de Lysel, l’un des plus emblématiques de Saint-Omer. Combien de fois son image a-t-elle servie à illustrer la ville ? Alors que ce faubourg comme son nom l’indique est situé extra-muros. Outre le fait d’être un beau quartier dans le sens littéral du terme par la courbure du canal avec en arrière plan les tours des églises de la ville, c’est probablement aussi parce qu’il est caractéristique des villes de Flandres ou encore parce qu’il évoque l’activité maraîchère qui fait encore aujourd’hui la fierté de Saint-Omer.

Découvrez la suite

Fort Saint Michel

Il était autrefois un lieu de promenades bucoliques et de rendez-vous des amoureux. On y accède encore par un simple chemin venant de la rue des Frères-Camus à Longuenesse.

Le Fort Saint-Michel est mal connu des audomarois. Pourtant, il laisse un caractère historique assez surprenant. Aujourd’hui refuge des chauves-souris, il se perd dans la végétation et reste un témoin oublié  de la ville fortifiée qu’était Saint-Omer.

Découvrez la suite