Le Grand Vannage et l’écluse carrée des Quatre faces

grandvannage           Pour qu’un canal soit navigable, il faut maintenir un niveau d’eau aussi constant que possible. Pour cela, il faut prévoir des « trop-plein »d’évacuation, ainsi que des apports en eau. Dans le cas du canal de Neuffossé, depuis son creusement en 1753,  le fleuve côtier Aa offre un apport important et régulier.  Au début, les flots de l’Aa débouchaient directement dans le canal, créant au point de rencontre des eaux un courant et des remous dangereux pour la navigation. Plusieurs systèmes ont été envisagés pour régler ce problème.  La solution retenue a été mise en place en 1782. Elle a consisté à faire passer l’Aa(en fait son bras principal appelé Basse-Meldyck) en siphon sous le canal, pour se jeter dans un bassin de régulation contrôlé par un vannage.

          Ce vannage a d’abord fonctionné avec des poutres de bois que l’on glissait dans des coulisses (batardeaux) pour retenir les eaux. Aujourd’hui il sert surtout à l’évacuation des surplus d’eau. Elément précurseur du dispositif du Grand Vannage d’Arques, l’écluse carrée des Quatre-Faces fut construite en 1772, afin d’ouvrir le passage de l’Aa sous le canal.