Jean-Claude Carton

         

Dans notre région audomaroise, l’art est présent sous différentes formes.  Parmi ces artistes-illustrateurs, il en est un, soucieux et admiratif de notre patrimoine : Jean-Claude Carton. Rencontre avec ce photographe, discret et solitaire.

« Ce métier de photographe est enraciné en lui. Il pousse son travail jusqu’à la perfection, égal dans son ensemble, égal dans le plus infime détail, une dignité, une fierté dans l’honneur du travail bien fait. Lui-même se qualifie d’indépendant, perfectionniste, patient et consciencieux »

          Jean-Claude Carton est audomarois de souche, né le 26 janvier 1939. Doué pour le dessin, il fréquente dès l’adolescence l’Ecole des Beaux-Arts de Saint-Omer, où il affine les techniques graphiques.

          En 1959, il entre à l’Ecole Saint-Luc de Tournai, en Belgique, en section «Publicité et Décoration» : son gout de la création s’affirme.

          Il part ensuite pour 22 mois de service militaire, affecté au service photographique des Armées, à Colomb Béchar, où il réalise de nombreuses photographies, conquis par l’exotisme des dunes, des oueds, des palmiers : c’est pour lui, une période importante de perfectionnement.

          En 1962, il s’installe comme «créateur publicitaire» à Saint-Omer. En 1968, il entre dans l’enseignement et guidera les jeunes dans l’étude des Arts Plastiques. Enseignant par la suite à mi-temps jusqu’en 1990, cette période lui laisse beaucoup de liberté pour photographier et encore photographier, surtout le Marais Audomarois.

          Amoureux de sa région, il publie « Ambiances Nord Pas-de-Calais ». Côté prix, il gagne le deuxième prix Kodak avec un émouvant portrait de sa fille cadette Carole, photographiée au travers d’une vitre embuée, qui lui vaut son premier reportage au Sénégal. «Aujourd’hui encore, nous dit Jean Claude Carton, cette photo est ma plus belle réalisation, pleine de tendresse ». Il remporte également un premier prix national en noir & blanc avec une photo d’avocette et un deuxième prix international Nikon avec la photo d’une famille de cygnes en migration pédestre. Un autre cliché représentant une passerelle dans une ambiance de brume au Doulac lui valut d’être publié dans le calendrier Nikon, difusé dans plus de cinquante pays.

          Un bonheur n’arrivant jamais seul, à la publication de ce calendrier, Jean-Claude Carton fut contacté par plusieurs agences-photos pour exprimer son talent.

          La passion de la photo l’emporte sur l’enseignement. Jean Claude Carton franchit le pas et abandonne son métier de « prof » pour se consacrer exclusivement à la prise de vue, illustrant les sujets les plus variés. Plus de 3000 de ses photos sont publiées à ce jour. Il a réalisé aussi plusieurs expositions personnelles.

          Le numérique ? Jean-Claude Carton saisit l’opportunité, la modernité et continue à photographier la nature.

          Sa philosophie du métier : ne pas compter son temps, ni le nombre de photos et faire preuve de rigueur. Sur le terrain, Jean Claude Carton s’impose trois temps forts : une préparation minutieuse, une solide patience et la rapidité dans l’exécution avec parfois, en plus, un peu de chance. Son expérience et sa fibre artistique font le reste.

          Jean-Claude Carton est amené à beaucoup voyager : Pérou, Equateur et Galapagos, Costa Rica (7 voyages), Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, Israël, Ile Maurice, Sénégal, Kenya (7 safaris), qui lui ont permis d’illustrer le guide «Kenya» édité par «Jeune Afrique».

          Photographe naturaliste, un métier de solitaire ? Oui sans doute, mais jamais sans son épouse Ginette, complice enthousiaste, qui l’accompagne dans presque tous ses déplacements : lui à la photo, elle au caméscope !

          Enfin, nous sommes fiers et heureux de compter Jean-Claude parmi nos intervenants à la réalisation de ce site. Sa signature est un gage d’encouragement et de confiance.