Le maréchal Pétain à Saint-Omer

C Jonnart 1     En 1937, un monument élevé à la mémoire de Charles Jonnart, est inauguré par le maréchal Pétain. Charles Jonnart, audomarois de cœur, est né à Fléchin, le 27 décembre 1857.

     Il effectue ses études à Saint-Omer, puis à la faculté de Droit à Paris. Passionné par l’Algérie, qu’il découvrit dans sa jeunesse, Il est nommé par Gambetta au cabinet du gouverneur général de l’Algérie en 1881, puis en 1884, directeur du service de l’Algérie au ministère de l’Intérieur.

    Entamant une carrière politique aux côtés des libéraux, il est élu en 1886 conseiller général de Saint-Omer, puis en 1889, député du Pas-de-Calais. Réélu en 1893, il est choisi par Jean Casimir-Périer pour occuper le poste de ministre des Travaux publics. Il est élu en 1894 sénateur du Pas-de-Calais. La même année, un accident de voiture l’oblige à cesser son ministère.

     En 1900, il retourne en Algérie, où il est nommé gouverneur général par Waldeck-Rousseau, fonction dont il démissionne en 1901 pour raisons de santé.

     Revenu en métropole pour siéger au parlement en 1911, Charles Jonnart est nommé ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Briand à la veille de la guerre.

    Pendant la Première Guerre mondiale, il est rapporteur de la commission des Affaires étrangères du Sénat. Après la guerre, en 1920,  il devient président du Parti républicain démocratique, puis il est nommé ambassadeur de France auprès du Saint-Siège. Il fait parti de ceux qui participèrent activement à la canonisation de Jeanne d’Arc.

     Il est élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1918 et membre de l’Académie française 1923. Il meurt le 30 septembre 1927.

Pages: 1 2 3 4