Stmartin-fressin

 

« J’habitais, au temps de ma jeunesse, une vieille chère maison dans les arbres »… écrivit le célèbre écrivain, Georges Bernanos, en décrivant son pays niché au cœur des 7 Vallées
L’église Saint Martin est un autre des joyaux du patrimoine local, classée monument historique en 1906. De style flamboyant, sa construction a commencé en 1425. Georges Bernanos évoque son histoire dans deux romans « Le journal d’un curé de campagne » et « Sous le soleil de Satan ». L’église Saint-Martin y trouve une bonne place.

L’église se dresse au centre du village et comprend un chœur flanqué au nord d’une chapelle seigneuriale, un transept saillant et une nef à bas-côtés.
Le chœur se termine par une abside à trois pans, la chapelle par un chevet plat. Le clocher a été érigé au-dessus du carré du transept. Dans la chapelle se trouve un vaste sarcophage en marbre noir : le tombeau de Jean IV de Créquy et Jeanne de Roye. L’autel porte un retable, classé XVe siècle. Toute la construction est en craie du pays taillée et montée sur un soubassement en damier de grès et de silex. Parmi le mobilier il convient de signaler la chaire datant de 1779.

L’édifice a été commencé en 1425 par la chapelle, le chœur et le transept. La nef et les collatéraux sont moins anciens. On les date de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle et on les attribue à la générosité d’un arrière-petit-fils de Jean IV de Créquy et Jeanne de Roye : François de Créquy, seigneur de Douriez et ambassadeur de France auprès du roi d’Angleterre. Voilà ce qui explique l’insolite présence à Fressin de chapiteaux de style anglais. En mai 1525 l’incendie qui ravage Fressin, provoque l’écroulement partiel de la nef et du collatéral sud. L’église fut restaurée en 1530 et revoûtée vers 1690. Au XIXe siècle, elle fut sauvée d’une morte lente par l’un des curés de la paroisse, l’abbé Bonhomme, et l’administration des Beaux-arts.

One Response

  1. La communauté de communes de Fruges a investi des sommes considérables sur le chemin de la pierre avec jeux de piste, statue, rénovation de chemin etccc qui s’en set aujourd’hui ? Et il devait y avoir une suite la route du vent, la route de l’eau , la route de l’air ? Plus rien aujourd’hui . L’échec de la route de la pierre était prévisible , malgré Fressin et Bernanos . Le choix était mauvais car la population fur laisse de côté . Et demain que fera ton pour le tourisme ?