Les habitants de Licques n’ont pas failli à leur tradition en organisant, le week end dernier, la traditionnelle Fête annuelle de la Dinde.
Si le beau temps n’était pas au rendez-vous, le célèbre défilé de dindes du dimanche matin a remporté son succès folklorique habituel. Le chaudron de soupe et les découpes de poulets grillés avaient entre temps réchauffé l’assistance. En tête du défilé, figurait un groupe de majorettes, suivi par la fanfare communale. Puis vient le joueur de cornemuse qui ouvrait le chemin aux dindes, guidées du bout du bâton par des jeunes. Suivaient quelques dames du cru en costume, et enfin les délégations des confréries régionales en habits et portant étendards *. Puis, au rythme cadencé, la foule gagna la place jusqu’à l’abbatiale. Le défilé pris fin vers midi au pied d’un grand chapiteau où se tenait l’exposition des producteurs régionaux.
Pour la petite histoire, c’est à la fin du XVe siècle, après la découverte de l’Amérique, que les dindes et dindons ont fait leur apparition en Europe. Les Français furent alors étonnés de voir ces volatiles géants à moitié sauvage débarqués des galions espagnols. Les chanoines de l’abbaye des Prémontrés à Licques en pratiquèrent les premiers, vers 1560, l’élevage dans nos régions.

*On peut nommer les confréries du chou-fleur de Saint-Omer, du fromage de Neuchâtel, de l’échalote de Busnes, de la chicoré de Cossette et même venant de plus loin, celle du hareng et de la coquille Saint-Jacques de Dieppe.