Le beffroi de Notre-Dame de Saint-Omer

La Ville de Saint-Omer est en profond chantier de restauration et d’équipement : les 3 Places, le Théâtre, la Gare… La cathédrale Notre-Dame n’échappe pas à cette volonté de sauvegarde du patrimoine.

Notre cathédrale comme toutes les églises d’avant 1905 appartient à l’Etat, et donc à la Ville de Saint-Omer. Elle est en outre « Monument Historique » et affectée au terme de la Loi à l’Eglise du diocèse d’Arras pour la pratique du culte catholique romain. Hélas, bien qu’étant la seule grande cathédrale médiévale de toute la région Nord Pas de Calais, elle n’est pas « Cathédrale d’Etat », privilège réservé aux cathédrales où réside l’évêque. Et seules, les cathédrales d’Etat sont entretenues totalement par le ministère des Affaires Culturelles. L’entretien du bâtiment et sa restauration revient pour une grosse partie financière à la Ville de Saint-Omer.

Dans les prochaines semaines, débutera le chantier de remise en état du beffroi tandis que le jardin du cloître sera aménagé pour une meilleure accessibilité et une ouverture réalisée face au portail nord (côté horloge) donnant directement accès à la place Victor-Hugo…

La Tour et ses Cloches

La Tour de la cathédrale s’élance au-dessus de cette forêt de clochetons et de pinacles. Elle mesure 50 mètres et sa base se situe à 23 mètres au-dessus du niveau de la mer. Elle porte la date de 1499. Elle est couverte d’un réseau d’arcatures verticales à l’anglaise et quatre tourelles de guet la surmontent. Elle fut élevée par les chanoines pour rivaliser avec celle de l’abbaye St Bertin. Cette dernière, demeurée longtemps dressée comme une superbe ruine défiant le temps et l’histoire s’écroula en 1947. La Tour de la Cathédrale possède 5 cloches et un carillon moderne offert par les Antiquaires de la Morinie et la Confrérie de ND des Miracles. Ce carillon égrène sa ritournelle tous les quart dʼheure.

Les cloches du beffroi ont été arrêtées par mesure de sécurité en mars 2014 en raison de dommages occasionnées sur les poutres à la suite d’infiltration des eaux de pluie. La Ville a donc engagé un plan de restauration du Beffroi, les premiers travaux devraient démarrer incessamment. Il faudra pour cela descendre les 5 cloches : une opération délicate et spectaculaire. Les cloches seront ensuite exposées dans la cathédrale le temps des travaux, la fin du chantier étant prévue pour le printemps.

Dans le cadre de leur engagement associatif, les Amis de la Cathédrale ont décidé de lancer une souscription pour la réalisation d’une cloche. Cette dernière pourrait venir compléter la gamme musicale par une sixième cloche : un beau projet fédérateur entièrement mis sur pied par l’association.

En 1470, 5 cloches sonnaient dans la tour St-Bertin, narguant les chanoines de la collégiale. Quatre ans plus tard, on y remédiait. Une première cloche, un bourdon offert par le chanoine Julien Baugois-le-Beghin, était installée à la motte féodale avant d’être montée au beffroi en 1499. Baptisée Julienne ou encore cloche de la Victoire et du renouveau Français, elle pèse 5 300 kg.

Ce bourdon est de très bonne facture et on venait autrefois de loin pour l’entendre sonner. En 1852 puis en 1875, il a fallu renforcer les structures du beffroi afin que le bourdon puisse continuer à se faire entendre. C’est pour la fête  du couronnement de Notre-Dame des Miracles en 1875 qu’il a enfin redonné son La dièse. Le 14 juillet 1900, ses deux sonneurs en liesse l’ont fêlé. En 1904, une tentative de réparation par soudage échoua. (Le même traitement a été apporté avec succès  à la cloche de 1618 aujourd’hui affecté au  tintement des heures de l’horloge ). Il fut descendu en 1919  à la force des bras et put sortir de la cathédrale par le portail de Notre dame des Miracles. En raison du diamètre du bourdon,  il fallut entaillé des poutres, le tirer de travers  pour éviter de cogner l’arrière des grandes orgues. Le bourdon a été refondue avec son propre airain auquel on ajouta 250 kg environ. Cette opération a été assurée par la fonderie Wauthy à Douai . Le bourdon retrouva sa place en 1920 .

Il sera descendu donc à nouveau. Vous pourrez l’admirer et apprécier ses dimensions impressionnantes et sa puissance sonore.

Quatre autres cloches installées en 1474 ont aussi souffert de la Révolution Française.

Outre Julienne, le beffroi abrite aujourd’hui un « petit bourdon » de 2800 kg fondu en 1831 appelé « Marie », une cloche de 990 kg fondue en 1852. Elles ont été offertes par le chanoine Duriez ainsi qu’une troisième nommé Marie 2

La cloche n°4 fondue en 1686 est nommée Omer ou Paix de Nicolas. Elle est la seule classée au Patrimoine et ne pèse que 535 kg. La 5e cloche du beffroi qui ne porte pas de nom est datée de 1933.

La cathédrale est aussi riche d’un carillon de 13 cloches. Il existe aussi d’autres cloches se trouvant à l’horloge, dans le chœur de la sacristie, de l’autel Notre Dame des Miracles…

Le parvis de la cathédrale est déjà occupé par les entreprises retenues pour ces travaux qui débuteront courant juillet. Déjà la tour se nappe d’un imposant échafaudage. Espérons que ce dernier est cette fois bien arrimé !

Nous aurons l’occasion de revenir sur ce dossier pour le moins complexe.

 

Bourdon Cathédrale2

Echafaudage Cathédrale2

2 Responses

  1. PERCY MH

    une très belle remise en état dans un cadre splendide.
    Merci à cette visite virtuelle en 360 °, magnifique idée et en plus nous avons les explications.
    SUPER.
    J’ai eu la chance de visiter ce site : c’est une merveille
    Félicitations pour l’investissement de chacun

  2. 14 personnes en 1920 et seulement une équipe de sept personnes en 2016 . Le meilleur campanaire européen aura la charge de déshabiller les 5 cloches ,de les nettoyer sur place, puis il les descendra et en installera quatre que nous pourrons admirer. La cinquième en mauvais état à cause d’une modification des points de frappe aura un cerveau répare avant de revenir pour Noel 2016. En fevrier 2017 Monseignuer Jean Paul Jeager viendra pour une cérémonie rare et tres solennelle bénir et baptiser les deux cloches anonymes et re bâptisera les 4 autres. Tiens cela fait six cloches eh oui car comme le veut la tradition les amis de la Cathedrale vont ajouter ,sur proposition de la DRAC une sixième cloche. Et nous aurons ainsi un plénum de six cloches qui se mettra en branle au printemps 2017. Après plus de 25 ans de silence. Car le gros bourdon julienne est réduit au silence depuis le début des années 1990 pour un de ses deux moteurs de grille , Puis se sera les infiltrations d’eau depuis 1996. le champignon, le vrillage de poutres, la disparition d’autres mangées par l’eau, qui oublligeront un arrêt total des cinq cloches. Et il restera alors une place pour une septième cloche et le beffroi sera au complet . Reste à savoir si la restauration de notre beffroi aura une vie plus longue que leurs dernières grosse interventions et combien de générations pourront apprécier les sonneries des six cloches .