Le carillon de Notre-Dame de Saint-Omer

Richesse du patrimoine audomarois,  le beffroi de la cathédrale de Saint-Omer portera bientôt et bien haut sa belle voix. Après des années de silence et de travaux de réfection sur le campanile, les cloches d’origine vont retrouver leur place au printemps. Une nouvelle cloche offerte par les Amis de la Cathédrale viendra compléter l’ensemble. Cette cloche sera fondue mercredi prochain dans un atelier spécialisé près de Eindhoven, aux Pays-Bas. Pour marquer l’évènement, une délégation locale se rendra sur place en compagnie de l’abbé Fabien Lenglet qui procèdera à sa bénédiction. La cloche d’un poids de 452 kg portera le nom de Domitille et produira une note en La3. Elle arrivera à Saint-Omer en février.

En résumé, la chambre des cloches de Notre-Dame comptera six cloches :

  • Johanam : 280 kg, fondue en 1933
  • La cloche de le Retraite : 520 kg. Elle date de 1686,  frappée des armes du Chapitre et classée aux Monuments Historiques.
  • Marie 2 : 1100 kg et fondue en 1852.
  • Marie : 2800 kg, fondue en 1831.
  • Julienne ou la cloche de la Victoire datée de 1474 et refondue en 1920.
  • Enfin, la petite sœur attendue avec impatience.

L’évêque du diocèse d’Arras inaugurera la cérémonie au cours de la messe de Pâques 2017.

Et le carillon ? Il est actuellement suspendu à la toiture durant les travaux. Sa restauration n’est toujours pas programmée. Il est constitué de 13 cloches. La plus lourde pèsent 225 kg et la plus petite 30 kg. Ce carillon de 1963 a été financé par les Antiquaires de la Morinie et la Confrérie Notre-Dame. A l’origine en 1544, le carillon était relié à l’horloge astrolabe en qualité d’instrument de liturgie et se trouvait à la croisée des transepts. Il subit les dégâts de la foudre qui s’abattit sur la flèche en 1606.

Article précédent