les 4 saisons de l'audomarois : - Page 3 sur 44 - Autrement vu et dit !

Mise en service le 01/01/65, cette tour d’habitation, la seule de Saint-Omer, a vu sa démolition annoncée en 2011. Elle comportait 60 logements, et 341 familles s’y sont succédées, avec souvent un lien de parenté entre elles, en faisant une sorte de « village vertical » au cœur de la ville. Compte tenu des liens entre ses occupants, il a été décidé pour les aider à se séparer de leur « village », de créer un projet culturel « à la mémoire du Bloc de 10 »associant occupants et voisinage, les aidant ainsi à accepter la disparition de leur tour. Et chaque année, lors des Journées européennes du patrimoine, une exposition a présenté le travail réalisé. Aujourd’hui 31/03/17 nous sommes parvenus à la dernière étape : 52 ans après son inauguration, le premier coup de pioche, en l’occurrence un coup de dent d’une grignoteuse géante a entamé le dernier étage du « Bloc de 10 ». L’opération finale durera 3 mois.

 

Bénédiction des cloches Domitille, Jeanne et Omer

Dimanche 26 Février, a eu lieu à la Cathédrale de Saint-Omer la bénédiction de deux des cloches qui avaient été descendues pour permettre la consolidation de la tour qui les abrite, plus une petite nouvelle ! Ce sont donc Omer, la plus ancienne, Jeanne qui était restée sans nom, et la toute jeune Domitille qui ont eu la vedette. Ces photos prises par Jean Capelain vous en rendent compte.

 

Franck Buckman

On a tous rêvé de voyages et d’aventure avec Jean-Paul Belmondo dans le film « L’Homme de Rio » et avec Yves Régnier dans la série télévisée « Les Globe-Trotters »…

A Saint-Omer, nous avons rencontré un homme de cette trempe à la fois baroudeur et routard, un esprit solitaire épris de formules bon marché pour parcourir le monde. Il s’agit de Franck Buckman. Cet audomarois pur jus et d’une grande simplicité, âgé de 44 ans, est ingénieur en biologie. Sa passion pour l’environnement le conduit à conseiller les industriels, les collectivités, les associations, etc, sans aucun regard financier sur son engagement. Il fait partie des Hommes sages de notre temps.

Tout juste rentré d’un périple de 10 mois et de 21 000 km à parcourir l’Eurasie (voir notre galerie), notre ami part cette semaine pour l’Amérique du Sud.  Il souhaite ainsi retrouver le plaisir de la liberté tout en partageant ses convictions écologiques et biologiques au travers de rencontres avec les populations. Il veut faire de sa vie un don de soi ! Le départ de Franck est prévu ce lundi 13 février. Au Havre, il embarquera sur un porte-containers pour arriver en Colombie début mars.

Dans cette démarche personnelle, à la fois reconversion professionnelle, Franck Buckman veut ouvrir un dialogue urgent sur le respect de l’Environnement, de l’argent mal investi et du gaspillage sous toutes ses formes : introduire chez chacun la notion de responsabilité indissociable de la notion de conscience. « Il a du pain sur la planche, notre Franck ! »

Lire la suite

Jean-Louis Bonne. Il ne paie pas de mine mais c’est un sacré bonhomme. Nous avions eu l’occasion de vous le présenter récemment.

Après de solides études universitaires et d’une conviction personnelle pour la sauvegarde de notre planète, notre audomarois de 28 ans est aujourd’hui Docteur en Physique de l’Environnement. Il aime la nature et bien évidemment notre site les 4 Saisons de l’Audomarois. Il s’intéresse particulièrement à l’évolution du climat sur notre planète : et il a bien raison quand on voit comment nous l’avons détériorée en seulement 50 ans !
Jean-Louis est basé en Allemagne du Nord, à Bremerhaven, où il travaille pour l’Alfred Wegener Institute. Sa mission et son engagement l’amènent à se rendre régulièrement dans une base scientifique russe, située sur une des 1500 îles de l’immense delta de la Lena, en Iakoutie, au Nord du cercle polaire

Yakoutsk

Yakoutsk, Les maisons traditionnelles en bois bâties sur le permafrost.

« Pour cette fin d’été, nous ne sommes qu’un petit groupe de deux personnes venant d’Allemagne, Lutz, un étudiant de l’université de Hambourg et moi, en partance pour la station de l’île de Samoylov. On doit rester une bonne partie du mois de septembre sur cette petite île au milieu du delta du fleuve Lena, qui se jette dans l’Océan Arctique au nord de la Sibérie, à 700 km au nord du cercle polaire »